Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Terike Haapoja : Communauté
Expositions > Arts plastiques
du 27 mars au 18 avril
2008

 

Aux confins de la vision et de la compréhension

La pièce est presque entièrement plongée dans l’obscurité, avec pour unique source de lumière, au sol, cinq cercles blancs, cinq toiles sur lesquelles sont projetées des images vidéo multicolores. Aucun mouvement n’y est visible. Seule la manière dont la lumière colorée scintille et vibre sur ces surfaces blanches permet d’ailleurs de se rendre compte qu’il s’agit de vidéos.
Terike Haapoja traite dans son œuvre de choses et de phénomènes situés au-delà du champ normal de notre perception. Elle explore en même temps les possibilités d’utilisation, comme moyen d’expression artistique, de techniques d’imagerie développées afin de rendre visibles des phénomènes invisibles à l’œil nu .
Community (« Communauté », 2007) fait appel à l’image vidéo, captée par une caméra thermique, d’animaux venant de rendre leur dernier souffle. Les sujets utilisés – chat, chien, faisan, veau et cheval – ne sont cependant pas morts pour l’art. Ils ont dû être achevés parce qu’ils se mouraient de vieillesse ou avaient été, par exemple, heurtés par des voitures.
Bien que la caméra thermique autorise différentes palettes chromatiques, le but de Haapoja n’est pas de jouer avec les couleurs. Elle utilise le spectre normal de l’arc-en-ciel, en raison de sa simplicité et de son intelligibilité.
Au début de l’enregistrement vidéo, les points chauds du corps se détachent en blanc et rouge ardent, les zones plus froides en vert et dans le même bleu que le fond. Le spectateur patient peut voir les contours relativement nets du début s’estomper lentement à mesure que le corps refroidit et que toutes les couleurs se rapprochent de la teinte froide de l’arrière-plan. Pour le chat, le chien ou le faisan, le processus est relativement rapide, pour le cheval le temps se compte en heures.
L’un des aspects étonnants de l’œuvre de Haapoja réside dans la lenteur de la disparition de l’image, dans la durée de la trace laissée par la vie qui vient de s’achever. On y trouve autant une incitation à s’interroger sur la difficulté de percevoir le temps qu’un rappel concret de l’entropie et de l’irréversibilité du cours du temps. Rien ne revient jamais.
Dans Passing (« Passages, 2005 »), autre œuvre construite selon le même principe, la caméra thermique a enregistré les traces laissées par les gens dans les endroits où ils se sont reposés. La marque des corps, aux couleurs de l’arc-en-ciel, évoque toutes les traces invisibles que nous laissons autour de nous, sur les sièges, les poignées de porte, les pièces de monnaie.
Dans l’œuvre de Haapoja, les animaux et les personnes sont des modèles, des silhouettes sans nom dépourvues d’identité propre. C’est pourquoi l’attention se détourne vite d’eux pour se concentrer sur ce qui se passe entre l’image et le spectateur.
Une « caméra » thermique n’est pas une caméra, elle ne reproduit pas la réalité visible. Elle a pour fonction de rendre visible l’invisible et l’information qu’elle fournit constitue plus une aide à la compréhension qu’une image au sens traditionnel du terme. Il en va de même pour l’échographe que l’artiste a utilisé dans certaines de ses œuvres.
Haapoja ne s’attarde cependant pas à présenter l’imagerie médicale ou militaire (deux domaines d’utilisation de ces appareils électroniques). Elle entreprend directement de réfléchir à la nature de l’information transmise par l’appareil et à son effet sur le spectateur.
Haapoja nous conduit aux confins de la perception et de l’entendement. Ses œuvres remettent en question le monopole de l’œil et ouvrent des perspectives captivantes sur les différentes dimensions de l’observation du temps et de la réalité. Elles nous rappellent les limites de nos sens et de notre intelligence, ainsi que les univers inconnus qui existent au-delà.

Timo Valjakka, écrivain et commissaire d’expositions

 

Adresse :

Institut Finlandais
60, rue des Écoles
75005 Paris
Tél. 01 40 51 89 09
Fax 01 40 46 09 33
info@institut-finlandais.asso.fr

 

Site Internet :

http://institut-finlandais.asso.fr

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire