Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Enfants de Cartier
photographie canadienne contemporaine

Expositions > Photographie
du 22 mai au 26 août 2007

 

Le Théâtre de la Photographie et de l’Image présentera à Nice du 22 mai au 26 août 2007 les oeuvres de 9 photographes canadiens contemporains : Edward Burtynsky, Serge Clément, Eliane Excoffier, Sarah Jonhson, Sylvie Readman, Les Frères Sanchez, Volker Seding et Elena Willis.


Edward BURTYNSKY

Né en 1955 à Saint Catharines en Ontario, Edward Burtynsky est diplômé en photographie de la Ryerson Polytechnical University de Toronto où il présente en 1982 sa première exposition personnelle, Landscapes & Greenhouses. Il est le fondateur de Toronto Image Works, référence canadienne en tant que laboratoire photographique et centre pédagogique.

Edward Burtynsky est une figure dominante de cette nouvelle génération de photographes canadiens qui se réapproprie le paysage. Depuis plus de vingt ans, il réalise des photographies de très grands format de paysages transformés par l’homme : Burtynsky fait du paysage construit par l’action de l’homme et de l’industrie, le lieu de son expérience photographique. Il photographie les amoncellements de métaux densifiés et compressés (Urban Mines, 1998), les traînées résiduelles de nickel à la surface du sol (Tailings, 1996), la stratification du sol dans les carrières de pierre et de marbre (Quarries, 1995, The Carrara Marble Quarries, 1994, The Stone Quarries, 1993), usines, dépotoirs, pétroliers en démolition… Burtynsky invite le spectateur à considérer les splendeurs chromatiques et formelles issues de ces paysages bouleversés. En effet, ces images rappellent l’expressionnismes abstrait en peinture tant par leur format que leur contenu qui laisse une grande place à la texture et à la matière. Mais bien vite, ce “beau” dérange et soulève nombre de questions éthiques et esthétiques sans jamais tenter d’y répondre. Burtynsky nous oblige à faire face à l’état des choses. Les vues de Burtynsky cherchent à montrer la démesure des activités humaines poussées par le progrès et qui puisent sans conscience dans la terre les ressources nécessaires à la consommation de chacun, désignant par là même à quel point une grande part du travail de nos sociétés sert à alimenter cette manière de vivre qui prend plutôt des allures d’une manière de consommer.

Serge CLEMENT

Serge Clément est né à Valleyfield au Québec (Canada) en 1950. Il a commencé sa carrière photographique dans les années 70, alternant travaux commerciaux et personnels. Vit et travaille à Montréal. Il est représenté par la Galerie Le Réverbère, Lyon.

Très inspiré par l’urbanité et les villes, Serge Clément a réalisé de nombreuses images en Amérique en Asie et en Europe. Issu de la tradition photographique documentaire, il a adopté ces dernières années un regard plus introspectif qui laisse une large place au non-dit et à une libre interprétation de l’image.
Son art poétique est déjà apparent dans ses premiers projets (Affichage et Automobile, 1976-1977 ; Notes urbaines, 1980-1984 ; Suite européenne, 1984-1987) : urbanité, philosophie humaniste, composition archéologique et métaphysique. Depuis 1993, il se consacre exclusivement à la photographie artistique. Travaillant toujours sur les réflexions, les jeux de lumière, les photographies qui se renvoient l'une à l'autre, Serge Clément invente des images au mystère profond et à la poésie délicate.

Éliane EXCOFFIER

Diplômée en arts plastiques et en histoire de l’art de l’Université de Montréal, Éliane Excoffier expose régulièrement depuis 1996, en solo et collectivement.
Œ uvrant dans le domaine des arts visuels depuis 1997, Éliane Excoffier partage son travail entre la création et les contrats de photographie professionnelle. L'artiste vit à Montréal où elle montre régulièrement ses œuvres. Elle est représentée par la Stephen Bulger Gallery à Toronto.

Chez Éliane Excoffier, l'intérêt pour la représentation réside principalement dans deux sphères de l'histoire de l'art revisitées : le thème du nu féminin et les outils photographiques traditionnels, voire désuets. Avec Obscures (série no.2), Excoffier nous livre des images énigmatiques de femmes dénudées, résultant de prises de vue faites au Kodak Autographic de 1913. Si certaines de ses séries précédentes étaient réalisées au sténopé et donnaient aux spectateurs — par leur sujet et leur format — une impression de voyeurisme, nous avons ici accès à d'imposantes images empreintes de sensualité. Comme si les corps fantômes de jadis devenaient chair, touchés par un sage érotisme. Impossible de nier le sentiment d'étrangeté devant ces images qui semblent liées à différentes temporalités, dont celle de la photographie ancienne ou de femmes dont on reconnaît la contemporanéité.

Sarah Anne JOHNSON

Sarah Anne Johnson est née à Winnipeg. Elle est diplômée de l'université de Manitoba en 2002 et de l'école d’Art de Yale en 2004. Elle vit et travaille à Winnipeg. Elle est représentée par la Stephen Bulger Gallery à Toronto.

La plantation d’arbres à Manitoba est un rite de passage pour beaucoup de jeunes adultes au Canada. Johnson y ayant participé, en a fait le sujet de ce travail photographique. Elle combine des photographies prises pendant ses séjours d'été, et des figurines modelées mises en scène dans des tableaux. Le résultat est un mélange d’images instantanées et d’images construites. Le travail de Sarah Johnson a reçu plusieurs prix et a été exposé dans un certain nombre d'expositions solos et de groupe au Canada et aux Etats-Unis.

Sylvie READMAN

Née à Québec en 1958, Sylvie Readman vit et travaille à Saint-Bruno. Elle a obtenu une maîtrise en arts visuels de l'Université Concordia de Montréal en 1988. Elle expose depuis 1982.

Dans son ensemble, le travail de Sylvie Readman constitue une investigation sur les différents aspects du langage photographique. Ainsi, dans ses œuvres récentes, l'artiste propose des images de sites extérieurs présentant un bougé. Par ce procédé, l'artiste inscrit le temps, donnée essentielle du travail photographique, au sein même de l'image de telle manière que l'œuvre se situe à la limite de sa compréhension.
Ce qui l'intéresse, ce n'est pas de reproduire le monde qui nous entoure, mais bien la création d'une image manipulée à partir de réalités observables. Par divers procédés techniques, l'artiste crée une incertitude dans l'identification du sujet.

Carlos et Jason SANCHEZ

Jeunes artistes travaillant depuis l’an 2000, les Frères Carlos et Jason Sanchez diplômés de l'Université Concordia de Montréal, vivent et travaillent à Laval, dans la région de Montréal.
Alors que bon nombre de jeunes photographes s’inscrivent toujours dans la tradition documentaire de Cartier-Bresson, parcourant la ville caméra au cou à la recherche de l’”instant décisif”, les Frères Sanchez ont choisi de créer cet instant.

Les Frères Sanchez proposent une photographie grand format qui met en scène le réel, des scènes banales souvent tirées de leur vie de banlieue, à l’instant même où ce réel est bouleversé pour entrer dans un monde fantastique, à la frontière du cauchemar. De ces images se dégage une “inquiétante étrangeté”. L’enfance est une thématique récurrente pour ces artistes qui ont à peine trente ans. Troublante, l’image “Abduction” (enlèvement) montre un homme en noir dans la chambre d’une petite fille qui fuit son regard. Les frères Sanchez produisent peu. Leur portfolio présente une douzaine d’images réalisées au cours des quatre dernières années. En fait, chaque image est travaillée au détail près, comme au cinéma. Manifestement obsessifs, Carlos et Jason Sanchez disent choisir avec soin chaque accessoire, chaque meuble, chaque couleur et montent leurs décors dans des entrepôts. Ce souci de réalisme renvoie explicitement au mode de production cinématographique qui reproduit de façon vraisemblable des lieux, des situations, des actions. À la manière de Jeff Wall, les frères Sanchez fixent par la photographie des situations reconstituées qui font référence ainsi, métonymiquement, à quelque récit de leur propre manière.

Volker SEDING

L'artiste canadien né allemand à Toronto, est l'un des photographes canadiens les plus accomplis. Il a eu au cours des vingt dernières années presque vingt expositions solos au Canada et aux Etats-Unis Volker Seding est représenté par la Stephen Bulger Gallery à Toronto.

Ses nombreux projets photographiques sont liés par une esthétique commune basée sur la précision, le caractère sculptural et la notion du beau. Dans son travail sur les façades, Volker Seding approche son sujet dans la position avantageuse d'un témoin. Photographiant des façades d’immeubles des rues de Toronto et de New-York, Volker Seding présentent une séquence de l'histoire de d’une rue et de la ville. Seding étudie les façades des bâtiments, leur vieillissement et l’origine culturelle dont elles témoignent. Utilisant des 2 appareils photo 1/4 x 6, il examine l'architecture comme un anthropologue. En saisissant les caractéristiques humaines et culturelles de ces façades, Seding capture l'essence de chaque bâtiment. Le résultat final rappelle les images de Walker Evans, George Tice, ou Bernd et Hilla Becher.

Elena WILLIS

Elena Willis est une jeune photographe montréalaise dont les photos impliquent toujours des personnages confrontés à la puissante nature. Dans ses compositions photographiques, Elena Willis implique l'interaction de personnes face à une fatalité, un événement inopportun qui les arrachent de leur quotidien. Souvent placés sur un fond de paysage, en relation directe avec la nature, ses acteurs performent une attitude ou la scène d'un acte prémédité. Ses images, qui nécessitent une importante préparation, sont souvent la captation d'un mouvement instantané que l'artiste souhaite ainsi pérenniser. Les scènes montrent l'ampleur de l'espace et la soumission des personnages absorbés par l’immensité de la nature.

 

Adresse :

Théâtre de la Photographie et de l’Image Charles Nègre
27, boulevard Dubouchage 06300 NICE
Téléphone : +33 (0)4 97 13 42 20
Télécopie : +33 (0)4 97 13 42 23
E-mail : jean-pierre.giusto@ville-nice.fr

Tous les jours sauf le lundi
et certains jours fériés
10h - 18h

 

Site internet :

http://www.tpi-nice.org/

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire