Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Nos réalités
Expositions > Arts plastiques
du
28 juin au 12 octobre 2008

Taysir Batjini
Pères, 2005 Photographie (72x108 cm)
 

Taysir Batniji
Ville Lenkkeri*
Yvan Salomone
Lena&Viktor Vorobyev
* Dans le cadre de 100% Finlande en France - Printemps 2008.
100% Finlande est organisé :
- pour la Finlande : le Ministère de l'Éducation, le Ministère des Affaires Étrangères et l'Ambassade de Filande en France
- pour la France : par le ministère des Affaires étrangères et européennes, le ministère de la culture et de la communication,
l'Ambassade de France en Finlande et Culturesfrance.
Commissaire générale : Iris Schwanck

Cinq artistes –dont un couple– sont invités à exposer au Quartier. S’ils viennent d’horizons différents (la France, la Palestine, le Kazakhstan et la Finlande) leurs oeuvres, photographiques ou picturales, ont en commun de mettre l’image au travail. Tous l’utilisent sur un mode sériel. C’est donc à travers la collection, le recensement ou l’inventaire qu’ils explorent une situation, vérifient des hypothèses ou cherchent à épuiser un sujet.
Qu’ils fassent confiance à l’image ou qu’ils s’en méfient, chacun de ces artistes prend position vis à vis de son pouvoir à construire la réalité plus qu’à la représenter ou de son impouvoir à la saisir puisqu’elle échoue toujours à dire la vérité.
Quels que soient leurs partis pris, la réalité à laquelle ils se confrontent se décline au pluriel.

Yvan Salomone (Saint-Malo, France)
Au Quartier, Yvan Salomone installe quelques soixante-dix de ses aquarelles. Hautes en couleurs, ce sont des paysages portuaires ou industriels, peints d’après photo, dont l’exécution obéit à un protocole rigoureux : un format de papier toujours identique qui excède celui de l’usage habituel, un temps de réalisation d’une semaine, un titre de onze lettres. A posteriori, avec un décalage d’un à deux ans, Salomone produit un texte dédié à chacune de ces peintures.
L’artiste les envisage comme des « chroniques » à travers lesquelles il « examine une actualité » saisie au Havre, à Rotterdam, à Dakar ou à New York. Investis par le travail pictural, ces lieux sont impossibles à identifier. La fluidité du medium accuse la nature instable et provisoire de ces docks et chantiers inventoriés tandis que le caractère documentaire de l’oeuvre est sans cesse menacé de faillite. Des zones d’incertitude s’ouvrent soudain. Le paysage s’anime, se convulse ou s’apaise. Une des données de ce travail veut que les sites choisis soient désertés de toute présence humaine. Sans doute est-ce pour l’artiste une condition nécessaire pour pouvoir les habiter avec une mémoire, des savoirs, de multiples références et associations, des affects aussi et des combats menés à la surface du papier. Ce l’on peut voir alors relève avant tout d’une pensée du réel ou d’une réelle expérience du regard.
Les textes d’Yvan Salomone, dits par l’artiste, sont présents au sein de l’exposition sous la forme d’un document sonore. Yvan Salomone est représenté par la Galerie Xippas à Paris où il expose du 31 mai au 26 juillet 2008.

Taysir Batniji (Gaza, Palestine et Paris, France)
Avec une pratique de la photographie documentaire, Taysir Batniji opère en Palestine dans un contexte saturé de sens. Toute sa question d’artiste est de faire travailler l’image sur ce territoire en la préservant des discours obligés et des clichés médiatiques. Sa réflexion sur l’économie de l’image, son impact, sa circulation et son exposition est particulièrement explicite dans les deux séries présentées au Quartier.
Les photographies des Pères, une série entreprise en 2005, sont des images d’images. Elles montrent des portraits – peintures, chromos, photographies – accrochés sur les murs des boutiques, échoppes et cafés de Gaza. Le père fondateur du commerce auquel le propriétaire rend hommage y figure le plus souvent, il voisine avec des leaders arabes comme Arafat, Saddam Hussein ou le Cheik Yassine. Au delà du thème de la filiation, Taysir Batniji souligne ici l’aptitude de la photographie à « représenter la disparition », à rendre l’absence présente.
Attentif aux formes de la contrainte comme à tout ce qui nous gouverne, l’artiste expose une série récente de photographies intitulée Miradors. À la manière de Bernd et Hilla Becher qui documentent le patrimoine industriel, il tente d’établir une typologie des miradors israéliens qui envahissent le territoire palestinien. Cependant, les conditions particulièrement dangereuses de la prise de vue par un palestinien trahissent, au sein même de l’image, l’impossibilité d’installer le matériel lourd du couple d’artistes allemands tandis qu’il est exclu d’envisager ces constructions militaires comme des sculptures et encore moins comme un patrimoine.
Taysir Batniji est représenté par La B.A.N.K.S galerie à Paris. Il expose aussi sur le Pont des Arts à Paris
avec Rula Halwani du 3 au 30 juin 2008.

Lena et Viktor Vorobyev (Almaty, Kazakhstan)
Ce couple d’artistes travaille à une lecture de l’espace d’échanges qui s’est ouvert dans la société Kazakh après la chute de l’Empire soviétique. La photographie est un de leurs instruments privilégiés pour sa capacité à cadrer, découper et relier des moments ou des situations éparses. Ce qu’ils enregistrent c’est une circulation libre du sens et des signes. Les Vorobyev se sont rapidement fait connaître lors de la Biennale de Venise en 2005* avec une pièce étonnante intitulée La Période bleue (2002/2005) que l’on retrouve au Quartier. Une centaine de photographies s’affichent aux murs. Y règne en maître la couleur bleue, un bleu azur qui semble avoir colonisé la ville entière : les murs, les toits, les rideaux, les bancs, les kiosques, les vêtements… Cette manifestation silencieuse de la couleur du drapeau national Kazakh relègue tranquillement et joyeusement le rouge soviétique au cimetière des symboles déchus, tout comme les effigies de Lénine. La ville au quotidien est désormais pour les artistes une gigantesque exposition où les objets courants peuvent accéder à une dimension politique ou poétique. La magie du sens délivré opère encore dans une série intitulée Les Bijoux du ciel. Des guirlandes lumineuses installées dans les rues pour les fêtes ont été photographiées en contreplongéeà ciel perdu ; ce sont alors d’immenses colliers, brillant de tous leurs feux, offerts au firmament.

Ville Lenkkeri (Helsinki, Finlande et Stockholm, Suède)
La photographie peut-elle dire la vérité ? Cette question est au coeur des travaux de Ville Lenkkeri. Toutes ses photographies manifestent l’idée que l’image ne se contente pas de reproduire la réalité, l’acte même d’imager et ses artifices créent toujours une fiction.
Ainsi la série intitulée Reality in the Making accumulait des photographies de musées mettant en scène l’histoire ou la science au moyen de dioramas ou de maquettes. Ces images entretenaient une confusion déstabilisante entre la réalité et sa représentation. Au Quartier, l’artiste présente Civil Courage, une série récente qui rend hommageà des gens ordinaires. Tous se trouvent dans des situations bouleversantes avec des vies parfois difficiles sinon dramatiques. Ils font preuve d’un courage exceptionnel, d'un" héroïsme silencieux" auquel Ville Lenkkeri rend justice. Les photographies montrent de vraies personnes avec de vraies histoires brièvement notées sur un cartel. Amenées à jouer leur propre rôle dans leur véritable environnement devant l’objectif de l’appareil photographique, elles ouvrent irrémédiablement un espace fictif et deviennent des personnages. Si l’image ment toujours, ne serait-ce que par omission, les photographies de Ville Lenkkeri travaillent sur le fil du paradoxe du menteur qui, en avouant qu’il ment, dit aussi la vérité.
Dans le cadre de 100% Finlande en France - Printemps 2008.
Ville Lenkkeri est représenté par la galerie FlashGeiger à Stockholm en Suède.

 

Adresse :

Le Quartier, centre d'art contemporain de Quimper
10, esplanade François Mitterand
BP.1732
29107 Quimper Cedex
Téléphone 02 98 55 55 77
Télécopie 02 98 55 87 14
Courriel le.quartier@le-quartier.net

 

Site Internet :

http://www.le-quartier.net

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire