Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Silhouettes
Expositions > Arts plastiques
Du 12 Janvier au 30 mars 2008

 

Ronan Barrot, Belkacem Boudjellouli, Damien Cabanes, Denis Castellas, Vincent Corpet, Marc
Desgrandchamps, Sylvie Fajfrowska, Stéphane Pencréac’h, Bruno Perramant

L’exposition « silhouettes » est une invitation lancée par le musée de Sérignan à des artistes qui affirment explicitement le désir de peindre. Elle présente plusieurs générations de peintres qui renouvellent encore ce moyen d’expression traditionnel, la peinture figurative, considéré par beaucoup comme obsolète.
Les neufs artistes rassemblés dans cette exposition interrogent le visible, l'apparence des choses, la figure humaine dont nous avons cessé de percevoir la réalité. Ils adoptent des stratégies de provocation, de distance critique, parfois d’ironie pour contester les conventions de la représentation figurative. La recherche formelle à laquelle ils soumettent leurs oeuvres a pour dessein de nous confronter de nouveau avec elle. Le sujet n’est presque jamais peint d’après nature. Au lieu de cela, le matériau originel de leur travail est souvent tiré de photographies, de films, d’images télévisuelles, d’imprimés mais aussi de canons de l’histoire de l’art ou de personnages fictifs. En se séparant radicalement de l’art traditionnel du portrait, les artistes prennent l’image du sujet humain comme point de départ de leur travail.
Le corps figuré autant que le corps représenté. Il faut rappeler que le corps est au centre de la tradition académique, puisque une « académie » c’est un nu, une étude du corps. Prendre le corps pour thème, c’est remettre la peinture face à cette tradition des beaux-arts. Le corps figuré, c’est ce qui déborde la représentation et l’étude. La « figure » n’est pas limitée à une catégorie des arts de la représentation et d’imitation. La figure peut aussi désigner des images mentales, fantasmes ou visions oniriques. La peinture est faite avec le corps. La matière, le peintre l’obtient avec le corps. Merleau-Ponty citait Paul Valéry dans L’OEil et l’Esprit : « le peintre apporte son propre corps ».
La peinture ne constitue pas, pour ces artistes cette formule passéiste dont on l'affuble, mais un outil moderne capable de s'articuler sur le présent pour le questionner, avec ce qui fait sa force - la fixité et le silence - qu'elle oppose au flux bavard des images télévisuelles. Ils sont les témoins d’un formidable éclectisme, d’une richesse et d’un dynamisme insoupçonnés dans la peinture aujourd’hui.
La peinture de Ronan Barrot donne dans le relief, parce qu’elle procède par recouvrements successifs, l’image naissant peu à peu de la stratification, à la suite de nombreuses séances de travail. Il plante des corps, au même instant déterrés et enterrés, s’enlevant dans les pigments. Des corps aux traits désarticulés qui font taches dans le décor. Des corps qui font le paysage et s’y fondent.

Belkacem Boudjellouli raconte des histoires hors temps, basées sur la fragilité et l'économie de moyen. Il travaille dans ses fusains sur toile de grands espaces de recouvrements blancs où la figure s’affiche dans son caractère unique et déraciné. Il y a un désir de permanence ou d’intemporalité qui semble figer, d’une manière quasiment héroïque, des groupes humains types.
Damien Cabanes ne se situe pas dans une recherche de formes pour rendre compte d’un réel ou pour le signifier. Une main plus grosse que la tête, une bouche absente d’un visage, des membres qui n’en sont pas, des visages délavés ou gommés à la gouache, des vêtements rongés par un tremblé du pinceau : même s’il peint des personnages, il peint des espaces, il explore l’espace en peinture.
Denis Castellas, prenant appui sur un fragment de photographie, une séquence de film, un souvenir pictural ou une page de littérature procède par associations puis couvre et recouvre les figures jusqu'à ce qu'elles lui apparaissent plastiquement justes. Les hésitations, les ratures servent à se débarrasser des apparences afin qu'il ne reste que ce qui doit.
Vincent Corpet s’inscrit dans la lignée des peintres qui oeuvrent sans concession à la morale ou à l’époque et sans s’abriter derrière la théorie. Le corps, dans ce qu’il a de plus cru, est la source majeure de son inspiration. Les personnages, des nus, debout, de face, inscrits dans des rectangles étroits sont presque « réalistes », atrocement vrais.
Marc Desgrandchamps ôte aux choses leur densité, leur épaisseur. L’artiste peint des sujets énigmatiques, avec des pigments si dilués que l’on peut voir les paysages au travers des corps. D’où le sentiment d’une perte de réalité, d’êtres qui se vident de leur substance. Une impression accentuée par la couleur qui tend à dégouliner ou par la présence d’ombres indistinctes qui rongent un peu plus les images.
Sylvie Fajfrowska travaille sur la perception suggestive du monde extérieur, de ses structures, couleurs et formes. Elle s'amuse à brouiller les pistes : des peintures figuratives, des portraits se mêlent à des sujets abstraits. Visages de modèles, défilé de jeunes hommes et de femmes cohabitent avec des variations abstraites.
Bruno Perramant joue constamment avec les significations, les références, les analogies de formes et les genres. Sa peinture, d’apparence simple, brouille les cartes de la visibilité, et installe, dans le dédale des références de catégories disparates, un espace plastique étrange, raffiné et complexe. Travaillant souvent à partir de photographies ou d’images filmiques projetées sur la toile, de signes personnels ou empruntés à notre culture commune, l’artiste démontre que la figuration est encore capable d’ouvrir de nouveaux horizons.
Rejetant l’idée de pureté du médium, Stéphane Pencréac’h met en place une pratique artistique plurielle, qui n’hésite pas à confronter les disciplines et à les parasiter par des objets manufacturés ou des matériaux« pauvres ». Pour ses peintures de grand format, il pioche dans ses souvenirs. Ces peintures mnémoniques sont caractérisées par une outrance de la matière, de la couleur, de la figure et du symbole, qui confère aux toiles une attraction violente, qui étend la mise en abîme de l’artiste à l’histoire et à l’imagination du spectateur.

 

Adresse :

Le Musée de Sérignan
146 avenue de la Plage
34410 Sérignan
+33 (0)4 67 32 33 05
lemusee@ville-serignan.fr

 

Internet :

http://www.ville-serignan.fr

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire