Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

BREATHING SPACE - part 1
Expositions > Arts plastiques
du 2 février au 1er mars 2008

 

La galerie susan nielsen présente du 2 février au 1er mars 2008 BREATHING SPACE - part I, une exposition collective articulé autour du pouvoir de déstabilisation de l'écriture architecturale.

Elle présente une installation de peinture murale, photos et collages de MARY LUM, États-Unis, des peintures récentes de PATRICK CORNILLET, France, et de TREVOR AMERY, États-Unis, ainsi qu'une installation vidéo de LAURI ASTALA, Finlande, qui est également présent avec une exposition personnelle à l' INSTITUT FINLANDAIS 60 rue des Ecoles 5°, du 17 janvier au 8 mars 2008.

La nature architecturale spécifique de la ville influe sur le cadre de vie de nombre d’entre nous. BREATHING SPACE se propose d’explorer la manière dont nous percevons ses dimensions, perspectives, et structures. Elle aborde des questions ayant trait à la perception en s’interrogeant sur la manière dont l’esprit humain traduit briques et mortier en une sensation d’espace, comment il détermine les perspectives, et comment notre vision transforme la peinture en expérience.

Perspectives étranges, mises au point et angles de vue inhabituelles, visions brouillés, perturbent l’expérience de l’espace chez le spectateur, et créent une perte de repères troublante. L’exposition joue avec la tension entre la manière dont nous percevons la réalité et la logique avec laquelle nous tentons de rationaliser notre perception.

Les œuvres recentes de l’artiste français PATRICK CORNILLET (1968) présentent des structures austères dans des environnements vides. Des lieux dans un non-espace, des fragments d’une architecture énigmatique comme laissée en suspend par son visiteur. Ressemblant à une partie de jeu vidéo, ces peintures tentent de pousser le spectateur à suivre leurs structures complexes à la recherche d’une sortie. Mais il n’y a pas d’issue ; en fait il n’y a pas plus d’entrée. Le spectateur est pris au piège d’un espace illusoire.

L’artiste américaine MARY LUM (1951) créée des espaces architecturaux à partir de bandes finement découpées de vieux comics ou de bandes dessinées avec lesquelles elle marque un espace provisoire. Utilisant un matériau instinctivement reconnaissable mais extrêmement fragmenté, Mary Lum créée une sensation de déjà-vu, ou la réminiscence de quelque chose qui pourtant nous échappe. Réduisant les comics au seul cadre du récit, elle ampute les images de toute narration, créant un lieu sans références d’action ni de temps. Dans l’exposition actuelle, Mary Lum présente une peinture murale ainsi que deux séries de dessins, collages et photos qui composent avec la structure d’objets et lieux de la ville qui entrent dans notre champ de vision – souvent inconsciemment. Dans la peinture murale, les bandes transposées à une échelle inhabituelle s’emparent d’un angle de la galerie dans lequel elles créent un espace équivoque qui trouble les perspectives.

L’artiste américain TREVOR AMERY (1983) explore le champ entre la photographie et la peinture. Ses toiles offrent un aspect réaliste uniquement dans la mesure où il place des images photo-réalistes dans un cadre unidimensionnel. Cela empêche le regard du spectateur de pénétrer l’espace de la toile, et le laisse avec une étrange sensation d’exclusion. Dans le même temps, le motif réaliste reste une invitation évidente à observer et reconnaître, et la combinaison de ces stratégies contradictoires se ressent dans l’oscillation du spectateur entre le sentiment de rejet et d’encouragement.

L’œuvre de l’artiste vidéo finlandais LAURI ASTALA (1958) se réfère à la phénoménologie par l’étude des expériences et perceptions humaines d’un point de vue objectif, les détachants ainsi des analyses scientifiques habituelles. Dans ses installations vidéos, il se base souvent sur des modèles scientifiques, tout en tentant de nous faire ressentir que les fondements de la science ne sont pas scientifiques, mais philosophiques. En réalisant des vidéos sur la manière dont les éléments naturels comme la lumière, l’ombre ou le vent, affectent notre appréhension de l’espace architectural, Lauri Astala ouvre nos esprits sur la façon dont nous percevons notre environnement. L’une des forces de telles œuvres est de nous placer en observateur de notre condition de spectateur.

LAURI ASTALA est également présent avec une exposition personnelle à l' INSTITUT FINLANDAIS 60 rue des Ecoles 5°, du 17 janvier au 8 mars 2008

 

Adresse :

galerie susan nielsen
14 rue des coutures st gervais f-75003 paris
+33 (0)1 44 54 04 07 mar-sam 14-19h
info@susannielsen.com

 

Adresse :

http://www.susannielsen.com/

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire